L'Anjou Agricole 18 janvier 2018 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

L’agroéquipement, se former pour s’assurer un débouché

Les formations en agroéquipement ont du succès auprès des jeunes. Dans le Maine-et-Loire, pas de difficulté à atteindre les effectifs. Pourtant, le secteur de l’agroéquipement est en tension. De nombreux postes restent à pourvoir faute de candidats.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les élèves en CS Tracteurs et machines agricoles - utilisation et maintenance « passent beaucoup de temps de formation à l’atelier », constate Anatole Micheaud, directeur de la MFR La Rousselière.
Les élèves en CS Tracteurs et machines agricoles - utilisation et maintenance « passent beaucoup de temps de formation à l’atelier », constate Anatole Micheaud, directeur de la MFR La Rousselière. - © AA/MFR

Les formations en agroéquipement ont le vent en poupe. « Ce sont des jeunes passionnés qui entrent dans nos formations », témoigne Anatole Micheaud, directeur de la MFR La Rousselière à Montreuil-Bellay. Dans ce domaine, l’établissement propose un bac pro conduite et gestion de l’exploitation agricole - systèmes à dominante cultures et un certificat de spécialisation (CS) Tracteurs et machines agricoles - utilisation et maintenance. Chaque année, les 2 parcours ne désemplissent pas. Ce qui leur plaît ? « Tout ce qui est lié au matériel et la conduite d’engin. » (...)

Retrouvez l'intégralité de l'article en ouverture du dossier Formation, dans l'Anjou Agricole du vendredi 19 janvier 2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Si des solutions techniques alternatives au désherbage chimique existent, elles ne sont pas encore adoptables par tous les arboriculteurs.

indique le CTIFL (centre technique), dans un communiqué du 26 mai

Le chiffre de la semaine
8,2 millions d'euros
Horticulture : dans le Maine-et-Loire, la destruction des plantes et fleurs, suite à la crise du Covid-19, a entrainé une perte de 8,2 millions d'euros (source FNPHP Grand Ouest)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui