L'Anjou Agricole 03 janvier 2019 à 15h00 | Par AA

L'agronomie au coeur du métier

Plus de 350 personnes ont participé à la journée d’échange sur l’agriculture de conservation organisée par la Chambre d’agriculture des Pays-de-la-Loire, jeudi 20 décembre 2018. Ce mode de production suscite de plus en plus l’intérêt des agriculteurs et techniciens.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La rotation des cultures, l'un des 3 piliers de l'agriculture de conservation. Ici une parcelle de blé d'avril.
La rotation des cultures, l'un des 3 piliers de l'agriculture de conservation. Ici une parcelle de blé d'avril. - © M. Rullier

« Les avantages de l’agriculture de conservation ne sont plus à démontrer. Cette démarche est globale et redonne à l’agronomie toute son importance », introduit Denis Laizé, en charge du service agronomique de la Chambre d'agriculture des Pays-de-la-Loire, lors de la Journée d'échange sur l'agriculture de conservation organisée au lycée de Pouillé (Maine-et-Loire) jeudi 20 décembre 2018. Matthieu Archambeaud, agronome, la conçoit comme une boîte à outils à disposition des agriculteurs. « L’agriculture de conservation s’appuie sur trois piliers : la couverture des sols, la réduction du travail du sol et la rotation des cultures.» Les témoignages des producteurs montrent qu’à partir de ces trois principes fondamentaux, chacun peut trouver les solutions originales adaptées à son système. Ainsi pour Jacky Chauvin, céréalier à Louresse-Rochemenier, qui a progressivement diversifié ses cultures, et mis en place des couverts d'interculture systématiques.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Un agriculteur sur cinq n’a pas dégagé de revenu en 2017

Selon l’Insee, en 2017, 19,5 % des non-salariés agricoles imposés au réel ont déclaré des revenus nuls ou déficitaires, d’après une étude publiée le 7 novembre

Le chiffre de la semaine
69
C'est le nombre de solutions alternatives à l’utilisation de produits phytosanitaires proposées par l'association “Contrat de solutions”.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui