L'Anjou Agricole 09 août 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

L’anthrax, infection pulmonaire, refait surface en Moselle et décime plusieurs bovins

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Vincent Motin

Dix neuf bovins ont été retrouvés mort dans trois exploitations différentes à quelques jours d’intervalle durant la première semaine d’août en Moselle (pays de Fénétrange). Les troupeaux de bovins malades de Saint-Jean-de-Bassel, Romelfing et Dolving ont été atteints par la maladie du charbon, appelée aussi anthrax, venue de sols inondés, selon l’Est Républicain du 7 août. Les prélèvements ont été analysés par le laboratoire de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses). Les animaux étaient décédés du jour au lendemain, sans signe avant coureur et les agriculteurs et leurs familles avaient été rapidement placés sous antibiotique en prévention. L’anthrax est provoqué par une bactérie présente dans le sol qui peut proliférer dans les pâtures lors d’épisodes de fortes pluies suivis de chaleurs intenses. En Sibérie, depuis quelques mois avec la fonte du permafrost (sol gelé en profondeur) du fait du réchauffement climatique, plusieurs dizaines de rennes et une dizaine de personnes ont été hospitalisées ayant contracté l’anthrax, rapport France Info le 8 août. Les bactéries, conservées par le froid sont libérées au fur et à mesure du dégel et prolifèrent.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Aucune étude prouve le caractère cancérogène du glyphosate

a déclaré P. Médevielle, sénateur UDI, suite à une étude sanitaire menée par des sénateurs de l'Opecst, sur le glyphosate

Le chiffre de la semaine
2/3
Des consommateurs avouent un doute sur la composition 100 % bio des produits étiquetés comme tels.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui