L'Anjou Agricole 09 février 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

L’APCA et ses actions de promotion du « consommer local »

« Il y a une rupture qui s’est creusée entre les producteurs et les consommateurs » a constaté Claude Cochonneau, président de l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture (APCA) le 8 février.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Claude Cochonneau, président de l'APCA.
Claude Cochonneau, président de l'APCA. - © AA

« 75% des Français disent vouloir davantage consommer local » a-t-il poursuivi en conférence de presse sur le thème des circuits alimentaires de proximité. De fait, l’APCA souhaite être pleinement actrice des démarches de promotion du consommer local. A travers son réseau Bienvenue à la ferme, qui fêtera ses 30 ans en 2018 et qui compte 8 000 adhérents, elle souhaite rendre les produits fermiers plus accessibles et prépare une grande campagne de communication sur le sujet pour septembre 2017. Elle organise par ailleurs le 1er salon des professionnels des circuits alimentaires de proximité les 2 et 3 avril à Lyon. Planète appro – c’est le nom du salon – proposera une exposition commerciale (matériel de transformation pour les circuits courts), des conférences, un « village des initiatives territoriales » et des « rendez-vous pro appro » qui pourront déboucher sur des signatures de contrats de fourniture entre agriculteurs et opérateurs locaux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui