L'Anjou Agricole 14 décembre 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

L'APCA propose une “aide à la transition” pour les agriculteurs qui changent de pratiques

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Semis direct de blé
Semis direct de blé - © JC Gutner

A quelques jours du discours de clôture du second chantier des Etats généraux de l'alimentation, l'APCA (chambres d'agriculture) a présenté le 13 décembre un livre blanc sur la « multiperformances des exploitations », dans lequel elle insiste pour renforcer le soutien public aux prises de risque liées aux changements de pratique dans les exploitations agricoles.

Une des cinq propositions de l'APCA est de créer une « aide à la transition » ; il s'agirait d'étendre, à d'autres systèmes, le principe de l'aide à la conversion en bio. Cette aide, attribuée par appels à projets régionaux pour une durée de 3 à 5 ans, permettrait de «compenser de manière transitoire les pertes de revenu liées à l'introduction de nouvelles pratiques et les incertitudes de revenu et de production liées aux changements de systèmes».

Autre proposition : réserver 10 % du futur plan d'investissement de 5 Mrd € du gouvernement aux agriculteurs qui s'engagent « dans des changements de pratique et d'organisation ». Contrairement au PCAE (plan de modernisation), il s'agirait de soutenir des investissements sur la base de «types d'innovations» ou de projets d'entreprises, et non d'une liste précise d'investissements.

Elle propose également de « refondre » la politique d'appui aux groupes d'agriculteurs innovants, et la politique de transfert de l'innovation et de la recherche appliquée.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui