L'Anjou Agricole 13 juillet 2015 à 17h00 | Par L'Anjou Agricole

L'avenir de la zone horticole et maraîchère au sud d'Angers

Le séminaire Terres en Villes, le 10 juillet à Angers, s’est penché sur l’avenir de la zone horticole et maraîchère.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La zone horticole s'étend sur 550 hectares, dont 510 hectares en végétal spécialisé.
La zone horticole s'étend sur 550 hectares, dont 510 hectares en végétal spécialisé. - © AA

3/4 du territoire en zones naturelles et agricoles. C’est la particularité d’Angers Loire Métropole. « Nous avons de la chance d’avoir une agglomération avec beaucoup d’espaces agricoles, mais encore faut-il les préserver », a rappelé François Beaupère, président de la Chambre d’agriculture 49, lors de la journée nationale Terres en Ville, le 10 juillet à Angers. Un zoom a été fait sur la zone horticole des Ponts-de-Cé/Sainte-Gemmes-sur-Loire. Sur ce territoire enclavé entre la Maine et la Loire d’un côté et la ville de l’autre, une réflexion prospective est en cours pour pérenniser et dynamiser les activités agricoles, principalement horticulture et maraîchage. Des activités menacées par la pression foncière, le morcellement des terres, les difficultés économiques des filières, ou, fut un temps, par le projet de rocade sud, suspendu l’an dernier.

Lire l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 17 juillet 2015.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Comme on aimerait que toutes nos larmes forment une pluie abondante, un orage de colère et de piété, qui, d’un coup, arrêterait l’incendie de Notre Dame !

a twitté Bernard Pivot, journaliste et écrivain, lundi 15 avril à l’annonce du terrible incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Le chiffre de la semaine
6,5 %
Sur un panier de courses de 100 euros, seulement 6,50 euros reviennent aux agriculteurs (source OFPM)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui