L'Anjou Agricole 05 juillet 2018 à 14h00 | Par L'Anjou Agricole

L’efficacité économique avec les brunes

La Fédération brune Ouest a organisé une ferme ouverte, le 28 juin. Environ 70 personnes se sont déplacées chez Emmanuel Godineau, à La Chapelle-Rousselin. Un élevage 100 % brune aux charges bien maîtrisées et où la race exprime pleinement son potentiel.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Efficacité et rentabilité. C’est ce que permet la brune, qui s’adapte aisément à différents systèmes de production. L’exploitation d’Emmanuel Godineau, où la race brune est présente depuis que son père l’a introduite en 2000, obtient des résultats technico-économiques très intéressants. L’élevage produit 387 500 litres de lait. La production moyenne sur 305 jours est de 7 500 kg/vache laitière, pour des taux moyens de 43,1 g/l de TB et 34,7 g/l de TP (46 et 36 sur la campagne 2016-2017).

Atouts de la race
Le rapport production/taux est clairement un des principaux atouts de la race brune. Sur l’élevage
d’Emmanuel Godineau, la plus-value générée simplement grâce aux taux s’élève à 50 euros/1 000 l par rapport au prix de base. Et le produit viande est correct, notamment grâce à des croisements effectués avec des blancs bleus sur les animaux à plus faible valeur génétique.
Des produits supérieurs, mais aussi des charges bien maîtrisées, font de cet élevage un élevage plus résilient lors des crises. L’éleveur a porté des efforts sur la réduction du coût de concentré, qui est passé de 60-65 euros/1 000 litres à 55 aujourd’hui. La référence des réseaux d’élevage Inosys est de 74 euros/1 000 litres pour le même type d’élevage (silo ouvert toute l’année et pâturage). Comment a-t-il procédé ? Il a  remplacé progressivement le soja par du colza, il a acheté un camion benné avec un voisin, s’est équipé dans une machine qui pèse les concentrés et permet d’être plus précis.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

près d’un quart des chefs d’exploitation ou co-exploitants sont des femmes, contre 8 % en 1970.

A déclaré Jacqueline Cottier, éleveuse à Champteussé-sur- Baconne, présidente de la commission nationale des agricultrices

Le chiffre de la semaine
- 20 %
La production européenne de pommes est en retrait de 20 %

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui