L'Anjou Agricole 19 mars 2019 à 16h00 | Par Romain Devaux

L'éleveur insémine, l'exploitation économise

Au Vieil-Baugé, l’EARL L’Aireau a accru son cheptel de parthenaises rapidement. L’exploitation a privilégié l’insémination pour améliorer la génétique.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Au Vieil-Baugé, à l'EARL L'Aireau, tout est optimisé. De la main-d’œuvre aux bâtiments. Francine et François Meunier élèvent un troupeau de 50 prim’hoslteins et un troupeau de parthenaises avec 50 vêlages par an. L’élevage de vaches allaitantes est assez récent. à l’installation de Francine Meunier, le couple a acheté un troupeau de 25 bêtes à un éleveur qui partait en retraite.

Un rythme de croisière
Les éleveurs ont développé le troupeau rapidement. « On  vendait peu de vaches et on gardait toutes nos génisses. » Une stratégie qui a engendré une forte capitalisation. «  Depuis un an, on atteint notre rythme de croisière », souligne l’agricultrice.

Pour améliorer la génétique, les éleveurs n’utilisent que des paillettes. « Notre objectif est de produire un veau par vache par an. » Pour cela, les exploitants privilégient, dans leur choix génétique, les facilités de vêlage et regardent de près les indices AVel et Alait. Depuis 2010, François Meunier est éleveur-inséminateur. « A l’époque, l’inséminateur faisait payer un forfait de 3 IA (insémination artificielle) alors que sur notre exploitation, notre cœfficient d’utilisation des paillettes est de 1,19. » Entre un prix moyen du forfait à 45 euros - «  sans compter les frais de déplacement du technicien » - et le prix d’une dose à 15 euros, le calcul est rapide. Autre avantage : « François est très attentif aux comportements de ses vaches. Il sait exactement quand procéder à l’insémination. » A la clé, un bon de taux de réussite en première IA.

L’insémination permet aussi de mieux gérer la période de vêlage. Cette année, les parthenaises ont été inséminées de mi-novembre au mi-janvier. « Cela nous permet de concentrer notre période de vêlage de mi-août à mi-octobre. La période est intensive mais on est plus efficace. » Les animaux sont triés en lot en fonction des dates de vêlage dans le bâtiment.

Une surcharge de travail
Avec  les 2 élevages à gérer, les époux Meunier connaissent une surcharge de travail. L’EARL souhaite recruter un salarié à mi-temps. « Mais nous avons des difficultés pour trouver quelqu’un. » Les agriculteurs viennent de prendre contact avec le groupement d’employeur départemental, le Ged 49. « Nous aimerions trouver un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

la phrase de la semaine

La durée minimale d’arrêt de travail est désormais portée de 2 à 8 semaines pour les travailleuses indépendantes et les exploitantes agricoles

ont annoncé la ministre de la Santé, le ministre de l’Agriculture et la secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, dans un communiqué du 17 juin.

Le chiffre de la semaine
2,7
MILLIONS DE TONNES. tonnes. C’est la quantité de tourteaux de soja qui parcourent chaque année plus de 10 000 km, pour nourrir les animaux des élevages ligériens et bretons.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui