L'Anjou Agricole 29 juillet 2020 à 14h00 | Par AA

L’été sera chaud dans les enclos

L’été, la température monte et les porcs plein air en pâtissent. Quels risques et quels leviers sont à mettre en place face à cette problématique ? Entretien avec Florence Maupertuis, responsable de production porcine à la ferme expérimentale des Trinottières.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

>> Le porc plein air fait de plus en plus d’émules, tant chez les consommateurs que chez les agriculteurs. Cependant, l’élevage en plein air pose encore de nombreuses difficultés techniques. De fait, il est très dépendant des saisons. En été, quelles sont les principales difficultés de ce type d’élevage ?
Florence Maupertuis : l’été, notamment depuis quelques années, est synonyme de fortes chaleurs. Sur les truies, cela entraîne du mal-être, des avortements dans certains cas. à la ferme des Trinottières, nous constatons un décès par an environ à cause de la chaleur. Pourtant, nous prenons beaucoup de mesures pour limiter l’impact sur les truies. Cela prouve que c’est un enjeu primordial. Le plus inquiétant, c’est pour les jeunes truies. Elles ont moins le réflexe de bien s’hydrater. De plus, elles sont souvent dominée par les plus vieilles lorsqu’elles sont en groupes. Elles n’ont pas accès aux bauges, c’est à dire les mares de boues, et sont donc les 1ères impactées par les coups de chaleur. Derrière, la probabilité de coups de soleil et donc d’inconfort augmente.


>> En terme d’élevage, quels sont les impacts pour l’éleveur en été lors de ces fortes périodes de chaleur ?
Tout dépend du système d’élevage. Mais la semaine d’insémination en période de chaleur est relativement délicate. On observe une baisse de la réussite. Souvent, l’insémination s’effectue en intérieur pour limiter ce problème. Pour la mise-bas, c’est également une période délicate. On entend souvent qu’en plein air, les petits sont écrasés par leur mère. L’été, le risque est plus élevé car les mères sont souvent agitées. Elles ont moins d’appétit, donc il y a une possibilité de baisse de la quantité de lait. Mais dans l’absolu, les petits porcelets ne souffrent pas directement de la chaleur.


>> Face à ces difficultés, quelles sont les solutions à mettre en place afin de limiter l’impact de la chaleur ?
La meilleure solution, ça reste la bauge. En effet, les porcs ne transpirent pas, la meilleure solution est donc de les protéger avec de la boue, agissant comme de la crème solaire. Il faut bien veiller à ce que chaque truie y ait accès facilement. Dans l’idéal, on place la bauge à l’ombre. Il faut maximiser les zones d’ombres, car les cabanes ne sont pas suffisantes pour le bien-être. L’idéal, c’est d’avoir des haies et de nombreux arbres. En ce sens, l’agroforesterie est très intéressante. Si l’on ne dispose pas d’arbres et que l’on veut améliorer rapidement le confort de ses truies, les cabanes en tôle peuvent être enduites de lait de chaux, permettant de gagner 2°C. Encore mieux, l’éleveur peut se doter de cabane avec une couche isolante. Il y a un surcoût, mais l’intérêt est réel. Enfin, il est intéressant d’adapter l’alimentation. Il faut donner les aliments les plus appétissants, car l’été les animaux sont plus difficiles. Autant que possible, les heures d’alimentation devront être avancée au matin, à la fraîche.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Aux pays des 1 000 fromages, il y a 1 000 modèles !

a expliqué Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, sur France Inter dans l’émission “L’Eco de l’été” samedi 25 juillet, sur le fait que l’agroécologie devienne le modèle de demain.

Le chiffre de la semaine
+ 15 %
En France, les importations de fruits frais ont atteint 464 000 tonnes (tous produits confondus), soit une hausse de 15 % par rapport à mai 2019.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui