L'Anjou Agricole 18 janvier 2018 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

L’expertise du Canada, le savoir-faire du Saumurois

Premier Tech Horticulture a dévoilé lors du Sival sa nouvelle gamme de supports de cultures biotisés. L’occasion de découvrir le cœur français de l’entreprise, situé à Vivy.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le maraîchage, et notamment la production de fraises, est le premier marché ciblé par Premier Tech Horticulture, mais l'horticulture et les espaces verts sont ciblés à horizon 2019.
Le maraîchage, et notamment la production de fraises, est le premier marché ciblé par Premier Tech Horticulture, mais l'horticulture et les espaces verts sont ciblés à horizon 2019. - © AA/Premier Tech

« Premier Tech, c’est une véritable entreprise internationale dont une des expertises est la formulation de supports de cultures sur-mesure, introduit Jacques Derouet, directeur commercial au sein de Premier Tech Horticulture. (...) Aujourd’hui, l’usine de production de Vivy est en passe de devenir le siège européen de Premier Tech groupe Horticulture et Agriculture. (...) Ce faisant, l’entreprise contribue à entretenir un cercle vertueux dans la région du Saumurois, dans un bassin historique en Maine-et-Loire sur les domaines de la floriculture et des pépinières. (...) Premier Tech a enrichi le cœur de métier de  l’ex-Faliénor par l’apport de la biotechnologie. « Depuis 1983, Premier Tech réinvente les substrats en y intégrant des ingrédients actifs. (...)

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou Agricole du vendredi 19 janvier 2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui