L'Anjou Agricole 13 avril 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

L’Institut de l’élevage confirme la fragilité des exploitations

Lors de la conférence Grand Angle Lait, le 12 avril, Benoit Rubin, délégué régional Bretagne, Pays-de-la-Loire à l’Institut de l’élevage, a confirmé l’aggravation des difficultés de trésorerie des éleveurs laitiers français.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

A la suite d’une enquête réalisée au 1er trimestre 2016, auprès des créanciers des éleveurs (coopératives, Cuma, fournisseurs, etc), « ils confirment une nette augmentation des encours, la présence de nouveaux publics d’éleveurs en difficultés - des gens que l’on n’avait pas l’habitude de voir – et beaucoup de fournisseurs se retrouvent de fait « banquier à la place du banquier » », observe-t-il.

 

Entre 2017 et 2013, l’agrandissement des structures a été à l’origine de « la tension des trésoreries », selon lui. D’autres part, « certaines exploitations présentent un manque chronique de financement », constate-t-il, chiffres à l’appui. Depuis 2013, la volatilité des cours, la diminution et la dilution des aides PAC notamment en zone de plaine, la nécessité d’optimiser les performances techniques, l’augmentation des charges, etc., sont à l’origine des difficultés des exploitations. « Il faut faire mieux avant de faire plus », affirme-t-il.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.