L'Anjou Agricole 29 juin 2017 à 12h00 | Par L'Anjou Agricole

L’irrigation, seule solution pour de nombreuses productions

Les responsables de la FDSEA de Maine-et-Loire et de la Chambre d’agriculture ont rencontré la préfète, lundi soir 26 juin, pour évoquer la situation préoccupante du département.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Rencontre entre la préfète et les responsables FDSEA pour évoquer la sécheresse.
Rencontre entre la préfète et les responsables FDSEA pour évoquer la sécheresse. - © FDSEA 49

La FDSEA et la Chambre d’agriculture ont rencontré Béatrice Abovillier, la préfète, et Didier Gérard, directeur de la DDT 49, afin d’évoquer avec eux les niveaux critiques des eaux superficielles et souterraines sur plusieurs bassins versants et le manque de fourrages en cette période estivale. Dès le début le ton est donné et le discours des responsables agricoles se veut très clair : « si nous ne pouvons plus irriguer certaines productions, même quelques jours, ce sera fini pour elles ».

Car malgré les précipitations de cette semaine, la période est des plus critiques pour les cultures de semences, les pépinières, l’horticulture, le maraîchage mais aussi pour le maïs. Ils ont également profité de cette rencontre pour une nouvelle fois défendre le dossier du stockage hivernal de l’eau et le développement des réserves d’irrigation.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.