L'Anjou Agricole 01 août 2019 à 09h00 | Par AA

L’utilisation des jachères autorisée dans le Maine-et-Loire

Les agriculteurs qui faucheront ou feront pâturer leurs jachères déclarées en tant que SIE, bénéficieront d’une reconnaissance de circonstances exceptionnelles.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Suite à la demande de la FNSEA et des JA, et à l’issue de la rencontre de Christiane Lambert avec le ministre de l’Agriculture, les éleveurs des cinq départements des Pays-de-la-Loire bénéficient de la dérogation jachère.
Les agriculteurs qui faucheront ou feront pâturer leurs jachères déclarées en tant que surfaces d’intérêt écologiques (SIE), pourront bénéficier d’une reconnaissance de circonstances exceptionnelles. En conséquence ces jachères garderont le caractère SIE.
Pour cela, les agriculteurs doivent adresser un courrier à la DDT expliquant les difficultés rencontrées en raison de la sécheresse et la nécessité d’utiliser les jachères et demandant en conséquence la prise en compte des circonstances exceptionnelles.

Cette dérogation est étendue aux non éleveurs, ce qui signifient que les céréaliers peuvent mettre à disposition leurs jachères à des éleveurs voisins.
Par ailleurs la date limite d’implantation des couverts SIE est fixée au 20 septembre, donc pour le moment aucune dérogation n’a été demandée dans notre département.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Si l’on change toutes les règles, qu’on demande des sacrifices et que derrière on continue à bâtir des accords commerciaux avec des pays du monde […] qui ne font pas les mêmes efforts, on est des fous !

Dans une interview accordée à la revue Le Grand Continent le 12 novembre, Emmanuel Macron est revenu sur son projet en matière de transition écologique dans le secteur agricole.

Le chiffre de la semaine
56 %
des éleveurs de veaux de boucherie déclarent utiliser des MCA (Médecines complémentaires et alternatives), selon une étude de l’Institut de l’élevage (Idele) parue le 20 octobre.