L'Anjou Agricole 20 octobre 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

La betterave, une alternative économique et technique

La semaine dernière au Fuilet a eu lieu la récolte de la betterave fourragère, aliment de diversification que Mickaël Drouet n’est pas prêt de retirer à ses vaches normandes.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La machine large de 3 mètres arrache 6 rangs. 4 heures suffisent à récolter 2 hectares. « Sa longueur rend les demi-tours chronophages », indique l’éleveur. La parcelle libérée, il y sèmera du blé dès le lendemain.
La machine large de 3 mètres arrache 6 rangs. 4 heures suffisent à récolter 2 hectares. « Sa longueur rend les demi-tours chronophages », indique l’éleveur. La parcelle libérée, il y sèmera du blé dès le lendemain. - © AA

« Seulement 3 désherbages ont suffi cette année pour obtenir une parcelle impeccable », raconte Mickaël Drouet, éleveur au Fuilet au sujet de la betterave fourragère qu’il cultive sur 2 hectares. La pluie du mois de juin lui a épargné le dernier passage d’herbicide dans cette plante non couvrante. « La réussite de la culture dépend de la qualité du désherbage autant que de celle du semis », assure l’éleveur. Les bennes qui arrivent de la parcelle adjacente au corps de ferme, mercredi 12 octobre, étoffent un tas de betteraves déjà bien haut, annonçant les 40 tonnes de matière sèche que l’EARL des Acacias escompte pour l’alimentation hivernale des vaches normandes. La betterave est connue du secteur de Landemont - « il y en a de cultivée dans une commune sur 2 », estime Mickaël Drouet. Semis et chantier d’arrachage sont effectués par l’ETA Lhommeau (Clisson), présente de la
Vendée à la Mayenne, apportant la mécanisation indispensable à l’EARL des Acacias, qui n’aurait pas initié cette culture s’il avait fallu investir dans du matériel.


Mieux valoriser la surface fourragère
« Insérer de la betterave dans mon assolement a permis de libérer des surfaces pour la vente, que j’ai destinées au blé », mentionne Mickaël Drouet.

 

 

Lire l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 21 octobre 2016.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Les négociations commerciales en cours doivent aboutir à un niveau de valorisation des coûts qui prend en compte la hausse des charges de production pour les éleveurs caprins

demande Coop de France dans un communiqué de presse du 16 janvier.

Le chiffre de la semaine
989
En Pays-de-la-Loire, on recense 989 entreprises de travaux agricoles, dont 573 employeuses de main d'œuvre. Cela représente près de 6 000 actifs (2 400 ETP).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui