L'Anjou Agricole 07 janvier 2021 � 12h00 | Par AA

La carotte qui piège son ennemi

La société Vilmorin-Mikado vient de proposer une innovation variétale, récompensée d'un Sival d'or. Nommée Terapur, cette carotte permet de stopper le développement du nématode à kystes.

Abonnez-vous R�agir Imprimer
Une fois entrée dans la carotte, la larve ne peut pas se développer.
Une fois entrée dans la carotte, la larve ne peut pas se développer. - © Vilmorin-Mikado

Le nématode à kystes de la carotte, ou Heterodera carotae de son petit nom latin, est une véritable plaie pour les maraîchers. Depuis l'interdiction de l'utilisation du dichloropropène en 2018, les producteurs de carottes sont démunis. Les kystes d'Heterodera carotae éclosent et libèrent des larves   lorsqu'une culture de carottes est présente dans le sol, l'éclosion des kystes étant stimulée par l'excrétion d'un exsudat de la carotte. Ces larves vont ensuite rentrer dans la plante. En Normandie, la tension est forte, plus que dans d'autres régions du pays. Si les mâles ressortent rapidement de la carotte, les femelles passent le reste de leur vie immobiles dans le parenchyme. Les 200 à 600 oeufs restent à l'intérieur de leur corps qui va gonfler pour se transformer en kyste, d'abord blanc, puis brun. Les kystes peuvent survivre jusqu'à 8 ans dans le sol.

Une plante piège
« Il peut y avoir de 3 à 4 cycles de nématodes sur une culture, et agir sur les kystes est très difficile », détaille Amélie Theriez, cheffe produit chez Vilmorin-Mikado. « On considère qu'à partir d'une larve par gramme de sol, il y a un risque de nuisibilité, avec des pertes de rendements pouvant aller jusqu'à 90 % ». Cela se manifeste par des carottes courtes, fourchues, voire pas développées. Conscient de la problématique nématode à kystes, Vilmorin-Mikado travaille depuis près de 20 ans à un moyen efficace de s'en débarrasser. Une approche qui porte ses fruits, puisque l'entreprise lance une nouvelle variété de carottes, Terapur. Une innovation récompensée par un Sival d'or. « La variété Terapur est une carotte, et va donc stimuler l'éclosion des kystes. Les larves vont se diriger dans la plante. Une fois dedans, la carotte va empêcher les larves de se reproduire, et ainsi bloquer le cycle de l'agresseur », dévoile Amélie Theriez. Terapur agit donc comme une plante piège. Sélectionnée à partir de 3 700 carottes sauvages, cette nouvelle variété n'est pas une carotte de consommation mais une solution végétale qui permet de bloquer le cycle du
nématode. En effet, les larves pénétrant dans les radicelles ne peuvent se multiplier car le site nourricier est défectueux. Avant une culture de carottes commerciales, implanter Terapur
permet donc d'assainir son sol, de manière biologique et sans travail du sol.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions �mises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se r�serve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et r�glements en vigueur, et decline toute responsabilit� quant aux opinions �mises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

L’accroissement du nombre de bénéficiaires de l’aide alimentaire est une réalité dont nous prenons pleinement la mesure. C’est pourquoi, les agriculteurs, au travers de Solaal, se mobilisent pour répondre aux enjeux de la précarité alimentaire. Solaal Pays de la Loire reste mobilisé plus que jamais pour assurer son rôle de facilitateur du don alimentaire.

explique Jean-Louis Lardeux, président de l’association Solaal Pays de la Loire.

Le chiffre de la semaine
2 000 t
La collecte de pneumatiques usagés, organisée par la FDSEA, a:commencé lundi 11 janvier à Vihiers et aura lieu dans le département jusqu’au 11 mars. Au total plus de 2 000 tonnes seront collectées et valorisées pendant l’opération.