L'Anjou Agricole 06 mars 2017 à 09h00 | Par L'Anjou Agricole

La Chine lève l'embargo ESB sur le boeuf français imposé depuis 2001

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © S. Bourgeois- Réussir

L'interprofession bétail et viandes (Interbev) s'est félicité le 3 mars dans un communiqué de la levée de l'embargo ESB (encéphalopathie spongiforme bovine) sur le boeuf français, «imposé depuis 2001». A terme, la filière française pourra exporter vers la Chine, «un marché à fort potentiel où la demande se porte davantage sur une offre haut de gamme et sur certains morceaux du boeuf moins consommés en France.» Le ministère de l'Agriculture a aussi salué cette levée d'embargo qui fait suite à la visite en Chine du Premier ministre Bernard Cazeneuve.

Les pouvoirs publics français rappellent qu'il s'agit d'une levée d'embargo «partielle» qui concerne «la viande désossée des bovins âgés de moins de 30 mois.» Dominique Langlois, président d'Interbev, rappelle que cette levée d'embargo est le fruit de plusieurs années de travail du ministère de l'Agriculture, d'Interbev et des entreprises françaises : « c'est une première étape essentielle sur le chemin de l'export de viande bovine vers la Chine ». Pour rappel, la Chine est le 2ème importateur mondial de viande bovine avec près de 1,1 million de tonnes importées chaque année. Pour le moment, les pays fournisseurs sont l'Australie, la Nouvelle-Zélande et des pays d'Amériques (Brésil, Uruguay, etc).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

2020 est la dernière année de financementde l’actuel PCAE. Les éleveurs porcinsdoivent donc engager très rapidementune démarche de réflexion sur l’évolution deleur outil de production pour en bénéficier.

souligne Gérard Bourcier, président du Comité régional porcin des Pays-de-la-Loire

Le chiffre de la semaine
10 000
C'est le nombre d'agriculteurs qui se sont mobilisésle 8 octobre sur tout le territoire à l’appel de la FNSEA et de Jeunes agriculteurs pour exprimerleur ras-le-bol face à la déconsidération sociale et politique de leur métier.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui