L'Anjou Agricole 09 mars 2018 à 11h00 | Par L'Anjou Agricole

La chute du cours du porc se poursuit en janvier 2018

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Claudine Gérard

Dans une publication de fin février 2018, Agreste Conjoncture annonce qu’en janvier 2018, les abattages de porcs sont en hausse de 2,5 % en têtes, en glissement annuel. Les volumes restent cependant inférieurs de 1,3 % à la moyenne quinquennale. En 2017, la production porcine a diminué de 1,5 % par rapport à 2016, cette baisse est liée à la diminution des abattages et des exportations d’animaux vivants. En 2017, les exportations de viande porcine ont également baissé de 3 % par rapport à 2017. Les volumes écoulés vers la Chine se sont réduits de 42 %, tandis que les ventes vers l’Italie se sont intensifiées. Cependant, en décembre 2017, les exportations de viande porcine ont augmenté de 0,8 % en glissement annuel. En parallèle, les importations ont également augmenté de 0,4 % sur cette même période, elles ont aussi augmenté de 1,6 % entre 2016 et 2017. La chute du cours du porc charcutier, amorcée pendant l’été 2017, s’est poursuivie en janvier 2018. L’ensemble des prix européens atteignent des seuils planchers. En France, le cours moyen entrée abattoir est à 1,30 euro par kilogramme en moyenne mensuelle.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui