L'Anjou Agricole 27 août 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

La demande alimentaire et non alimentaire augmenterait entre 50 et 69 % d'ici 2050

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Marie-Annick Carré

Deux chercheuses de l'Inra de Rennes présenteront, lors du congrès des économistes agricoles européens (EAAE) qui se déroulera du 29 août au 1er septembre à Parme, une méta-analyse passant au crible 25 études scientifiques portant sur la problématique: «Nourrir le monde en 2050».

L'ensemble de ces études suggère que les besoins mondiaux alimentaires et non alimentaires pourraient augmenter de 50 à 69 % sur la période 2010-2050, selon les tendances actuelles, et de 29 à 91 % lorsque l'on intègre les scénarios alternatifs.

Pour satisfaire ces besoins, les prévisions de croissance annuelle des rendements agricoles sont comprises entre 0,77 % et 1 % (en dehors des scénarios alternatifs), alors que l'expansion des surfaces cultivées est estimée entre 0 à 0,28 % par an. Très peu des scénarios étudiés intègrent des ruptures dans les régimes alimentaires et dans les pratiques culturales, notent les chercheuses.

Par ailleurs, la méta-analyse met en évidence de nombreux manques d'informations dans les études sur les hypothèses utilisées, et des différences importantes dans l'appréhension des concepts, qui rendent les comparaisons entre études très délicates.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

[Nous faisons] l’amer constat que la guerre des prix se poursuit entre les enseignes de la grande distribution.

La FNSEA, les JA, l’Ania et Coop de France demandent à l’administration d’« intensifier » les contrôles et de publier les sanctions prises grâce au dispositif du “name and shame”.

Le chiffre de la semaine
220
Dans le Maine-et-Loire en 2018, 220 installations ont vu le jour, dont 117 avec les aides. Pour 450 départs.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui