L'Anjou Agricole 30 mai 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

La FDSEA et les JA rencontrent les candidats aux législatives

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pour la 1ère circonscription du département, la FDSEA et JA ont rencontré Caroline Fel, candidate LR-UDI sur l'exploitation horticole de Claudine Oger.
Pour la 1ère circonscription du département, la FDSEA et JA ont rencontré Caroline Fel, candidate LR-UDI sur l'exploitation horticole de Claudine Oger. - © AA

Les candidats aux législatives ont défilé devant les agriculteurs angevins, mardi 30 mai. Dans les 7 circonscriptions du Maine-et-Loire, la FDSEA et JA ont rencontré les candidats sur une exploitation pour leur présenter leurs revendications. Les cinq partis arrivés en tête à la présidentielle ont été conviés : La République en marche, le FN, la France insoumise, les Républicains et le PS.
« Comme pour la présidentielle, l’agriculture ne fait pas beaucoup partie du débat des législatives », constate Jean-Marc Lézé, président de la FDSEA. Pourtant, le Maine-et-Loire est le 3e département français en nombre d’emplois agricoles. Et le 4e en termes de chiffres d’affaires. Ces rencontres ont permis aux 2 syndicats majoritaires de se faire entendre. Les problématiques abordées ? « nous avons axé sur des questions sociales, économiques et environnementales », présice le responsable professionnel.
Révision de la LME (loi de modernisation de l’économie), mise en application de la loi Sapin 2, valorisation des retraites... Autant de sujets que les agriculteurs ont abordés avec les potentiels députés angevins.

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 2 juin 2017.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui