L'Anjou Agricole 04 décembre 2019 à 13h00 | Par Romain Devaux

La feuille de route 2019-2025 de la Chambre d'agriculture

Lundi 2 décembre s'est tenue à Angers une session de la Chambre d'agriculture Pays-de-la-Loire, durant laquelle ont été développées les grandes lignes du projet de mandature.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
François Beaupère, vice-président de la Chambre d'Agriculture Pays-de-la-Loire.
François Beaupère, vice-président de la Chambre d'Agriculture Pays-de-la-Loire. - © AA

François Beaupère, vice-président de la Chambre d'agriculture Pays-de-la-Loire, a dévoilé la feuille de route de la chambre consulaire pour les six ans à venir. Un point sur des orientations professionnelles qui intervient notamment suite à la réélection de la FNSEA/JA 44 à la tête de la Chambre d'agriculture de Loire-Atlantique, le 30 octobre dernier. En toile de fond donc, un projet stratégique qui précise les attentes communes des élus et leurs engagements réciproques, afin d'orienter l'ensemble des missions et activités des Chambres. « Regroupés en 3 axes, les 16 domaines d'activités stratégiques (DAS), eux-mêmes subdivisés en actions, nous donneront le cap », précise l'agriculteur angevin. Et d'illustrer ces DAS, guide à l'appui, par des réponses à des besoins aussi prégnants dans les exploitations agricoles que « l'innovation et la recherche, le conseil à l'installation et à la transmission, la conversion et le maintien en agriculture biologique, le conseil réglementaire... ». La vigilance sur le budget à consentir à ces actions sera toutefois de mise, assure l'élu, qui affiche un objectif d'équilibre budgétaire en 2020. « En ne remplaçant pas les départs en retraite, en annulant des actions qui ne sont plus en phase avec notre projet, nous en prenons le chemin », confirme-t-il, sans omettre de rappeler la menace de coupe de 45 millions d'euros prévue il y a encore quelques semaines par le Gouvernement dans le projet de loi de finances 2020, et finalement retirée.

L'eau, une priorité
« Faire des économies de fonctionnement ne signifie pas renoncer au développement et au renforcement de nos compétences, souligne François Beaupère. Il est nécessaire de bien identifier quels sont les domaines sur lesquels il est impératif d'intensifier les accompagnements des agriculteurs. L'hydrologie, l'aménagement des bassins versants, le stockage hivernal nécessitent que l'on mette notamment des moyens et qu'on spécialise des postes ». Les élus ligériens ont donc fait de l'eau un objectif majeur de leur mandature. Ce thème sera d'ailleurs celui de leur congrès qui se tiendra le 24 janvier prochain à Terra Botanica, à Angers.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

J’aimerais voir 40 à 60 projets de demandes, donnez-nous des dossiers,

a fait savoir le ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, aux responsables de la confédération des Vignerons indépendants, le 28 novembre, et quelques jours après les inondations dans le Sud.

Le chiffre de la semaine
350 à 400
salariés permettent chaque année de répondre aux besoins en remplacement de 800 à 900 agriculteurs dans le Maine-et-Loire.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui