L'Anjou Agricole 17 mars 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

La filière céréalière tire les leçons d’une campagne d’export mal maîtrisée

La campagne d’exportation 2015-16 du blé tendre a été mal maîtrisée, selon France Export Céréales, dont un colloque le 16 mars a permis d’en tirer les leçons.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

« Cette année n’est pas une grande réussite sur le plan commercial, a reconnu le président Jean-Pierre Langlois-Berthelot. On est tous collectivement responsables. »

 

Trois raisons à la « sous-performance » du blé français à l’export ont été avancées par Pierre Duclos, responsable du trading chez Lecureur : un manque d’anticipation par rapport aux lourds bilans 2015-16, une mauvaise lecture des prix, une trop forte dépendance aux destinations traditionnelles. « Il y a besoin d’adapter le rythme de nos exportations », a jugé le spécialiste, citant des concurrents plus présents en début de campagne comme la Russie, l’Ukraine mais aussi les pays de la Baltique. Avec des flux « relativement mous » jusqu’à novembre, le blé français a perdu « des parts de marché importantes sur des destinations stratégiques », d’après lui. Et Pierre Duclos de pointer la rétention à l’amont, entretenue par une prime négative entre les marchés physique et à terme. Un phénomène qui a mis à jour « une divergence entre intérêt individuel et collectif ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.