L'Anjou Agricole 20 septembre 2016 a 08h00 | Par L'Anjou Agricole

La filière du blé dur invite à « garder le cap » de son plan de relance

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © jc gutner

La plateforme blé dur, qui rassemble R&D et acteurs économiques, a invité le 16 septembre toute la filière à « garder le cap » de son plan de relance, après une moisson catastrophique. « Au-delà du traumatisme vécu, le blé dur a vocation à constituer une diversification agricole valorisée et rentable, au sein de territoires variés, et qui fait l'objet d'un plan spécifique pour "produire mieux et produire plus" », affirme un communiqué. 10 nouveaux projets de recherche ont été acceptés en 2016 pour financement, dans « la génétique, la nutrition, la qualité des produits et la recherche de systèmes de production performants et plus résilients », annonce la plateforme. Une UMT (Unité mixte technologique) rassemble autour de Montpellier des équipes de la recherche académique de l'Inra et d'Arvalis pour « valoriser les synergies et accélérer le transfert ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Compte tenu du contexte sanitaire et social actuel, les dons de lait sont plus que jamais vitaux pour fournir l’aide alimentaire

ont indiqué Les Restos du Coeur. Les agriculteurs concernés ont jusqu’au 15 février pour effectuer un don à une association habilitée.

Le chiffre de la semaine
600 millions d'euros
le relèvement du SRP (Seuil de Revente à Perte) de 10% a permis un gain de 600 millions d’euros pour la distribution qui auraient dû, en toute logique, se retrouver dans les cours de fermes.