L'Anjou Agricole 01 avril 2020 à 12h00 | Par AA

La filière ovine en grande difficulté

Pâques est traditionnellement une période de vente importante pour la filière ovine. Cette année, tout est bouleversé.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les agneaux de la filière ovine vont avoir du mal à se vendre cette année pour Pâques.
Les agneaux de la filière ovine vont avoir du mal à se vendre cette année pour Pâques. - © AA

« La conjoncture est vraiment compliquée, et les nouvelles du national ne sont pas rassurantes », estime Marc Humeau, représentant de la Maison du Mouton, organe faisant suite au GIE. éleveur ovin à La Pommeraye, il constate, comme le reste de ses collègues, la difficulté d'écouler les agneaux. « à Pâques, c'est une période importante pour les ventes. La consommation augmente et les cours sont hauts ». Sauf qu'avec le coronavirus, la consommation baisse, et la viande d'agneau d'import, déjà arrivée sur le territoire, risque d'être écoulée en priorité. Ainsi, en France, 1 tiers des agneaux ne sont pas abattus, et sont gardés sur les exploitations.
« Lorsque l'on garde les agneaux plus de 15 jours, la qualité des carcasses se dégrade ». De plus, la consommation, principalement festive, de l'agneau va fortement chuter. Certains bouchers se sont engagés à travailler différemment le gigot, afin de favoriser l'achat d'agneau français. Mais l'impact sur le marché sera limité, et les producteurs avancent dans le flou. « Pâques donne le las pour les cours annuels ».
Autre inquiétude, l'aspect économique de la France en sortie de crise. Régionalement, des accords ont été trouvés avec les opérateurs afin de favoriser la viande française. Mais celle-ci a un prix plus élevé. « Les opérateurs aussi vont faire face à des difficultés économiques », détaille Marc Humeau. L'éleveur appelle les Français à « consommer de l'agneau de nos régions pour soutenir les producteurs, et répondre à l'inquiétude des éleveurs ». La région Pays de la Loire peut faire partie de celle qui s'en sort le mieux, grâce notamment au fort bassin de consommation qu'elle constitue.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.