L'Anjou Agricole 28 janvier 2015 à 18h00 | Par L'Anjou Agricole

La filière semences veut continuer à innover

Compétitivité, qualité des produits, recherche et innovation : le Gnis, l’interprofession des semences et plants, a fait le point sur les enjeux de la filière semencière française, le 26 janvier à Beaucouzé (49)

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Semences potagères. On compte 1 768 agriculteurs multiplicateurs dans la région des Pays-de-la-Loire, soit 10 % des multiplicateurs français.
Semences potagères. On compte 1 768 agriculteurs multiplicateurs dans la région des Pays-de-la-Loire, soit 10 % des multiplicateurs français. - © AA

Juste derrière les géants étasunien et chinois, la France est le 3e marché intérieur pour les semences dans le monde. Et depuis deux ans, elle s’est hissée à la première place des exportateurs et contribue à hauteur de 24 % à l’excédent commercial du secteur agricole (sans l’agro-alimentaire). La France exporte des semences vers 150 pays. Ces quelques données ont été rappelées lors de la conférence de presse annuelle du Gnis (Groupement national interprofessionnel des semences et des plants), le 26 janvier à Beaucouzé.

« Ce qui fait la force de la filière, c’est le dynamisme de la création variétale », souligne Vincent Poupard. délégué régional Ouest du Gnis.

L’enjeu aujourd’hui, est de maintenir et renforcer cette dynamique de création, pour répondre aux enjeux de la société : nourrir une population en augmentation, compenser la diminution des surfaces agricoles, faire face au réchauffement climatique...

Une des priorités est d’assurer le financement des innovations, notamment par le Certificat d’obtention végétale, le COV, qui est désormais étendu à l’ensemble des céréales à paille.

La filière veut aussi pouvoir continuer à accéder à une large palette de moyens techniques et technologiques. « Or, la mutagenèse, utilisée depuis les années 1950-60, est aujourd’hui remise en cause par certains et les plantes sont présentées comme des “OGM cachés”», explique Vincent Poupard.



Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Comme on aimerait que toutes nos larmes forment une pluie abondante, un orage de colère et de piété, qui, d’un coup, arrêterait l’incendie de Notre Dame !

a twitté Bernard Pivot, journaliste et écrivain, lundi 15 avril à l’annonce du terrible incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Le chiffre de la semaine
6,5 %
Sur un panier de courses de 100 euros, seulement 6,50 euros reviennent aux agriculteurs (source OFPM)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui