L'Anjou Agricole 12 septembre 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

La FNP en ordre de marche pour prévenir une éventuelle « nouvelle crise »

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Claudine Gérard

Compétitivité, valorisation du "made in France" et création d’un fonds d’urgence : tels sont les principaux axes de travail pour la Fédération nationale porcine (FNP) affirme son président Paul Auffray, dans une lettre ouverte adressée « aux éleveurs de porcs français » le 9 septembre. S’il se réjouit de « l’embellie » économique de cet été, il n’oublie pas « la gravité de la crise et les drames qu’elle a entrainés ». Paul Auffray souhaite désormais « travailler sur la qualité pour relancer la consommation et sécuriser l’export ». Car rappelle-t-il, « nous avons à nous sécuriser en raison de notre très grande dépendance aujourd’hui à l’export sur la Chine ». Pour cela, il veut « faire reconnaitre que le Porc Français a un atout qualitatif ». Le président de la FNP, qui déplore l’échec de la création du « fonds d’urgence au bénéfice des producteurs de porcs » estime nécessaire de « remettre tous les opérateurs autour de la table pour se munir d’un outil de type fonds qui pourrait être utilisable en cas de nouvelle crise ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

[Nous faisons] l’amer constat que la guerre des prix se poursuit entre les enseignes de la grande distribution.

La FNSEA, les JA, l’Ania et Coop de France demandent à l’administration d’« intensifier » les contrôles et de publier les sanctions prises grâce au dispositif du “name and shame”.

Le chiffre de la semaine
220
Dans le Maine-et-Loire en 2018, 220 installations ont vu le jour, dont 117 avec les aides. Pour 450 départs.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui