L'Anjou Agricole 20 février 2018 à 09h00 | Par L'Anjou Agricole

La FNSEA appelle à une manifestation nationale le 21 février

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Avant la mobilisation nationale contre les accords Mercosur, mecredi 21 février, une délégation de responsables des filières animales de la FDSEA est allée interpeller le préfet, présent à l'assemblée générale.
Avant la mobilisation nationale contre les accords Mercosur, mecredi 21 février, une délégation de responsables des filières animales de la FDSEA est allée interpeller le préfet, présent à l'assemblée générale. - © AA

Lors d’une conférence de presse le 19 février, la présidente de la FNSEA Christiane Lambert a annoncé que son syndicat a lancé « le mercredi 21 février une action syndicale tous azimuts, mais prioritairement en direction des préfectures, pour alerter le gouvernement sur l’accord de libre-échange avec le Mercosur ». Par ailleurs, la FNSEA est mobilisée pour accueillir au Salon de l’Agriculture tous les hommes politiques qui vont faire le déplacement. « Ce sera un moment de vérité très direct ! », a insisté Christiane Lambert. Parmi les sujets qui fâchent : le prix des produits agricoles et le revenu des producteurs, la carte des zones défavorisées simples liée à l'ICHN (handicap naturel) « qui en est à sa 105e mouture », et l’accord de libre-échange avec le Mercosur « qui inquiète les filières bovin viande, volaille, sucre et éthanol ». Pour autant, elle a insisté sur le fait que la FNSEA « n’est pas seulement un syndicat de pleureurs » et qu’elle « veut communiquer sur le métier plus que sur les produits, c’est-à-dire le bien-vivre - ou le mal-vivre -, les gestes, le fait que ce métier est connecté aux préoccupations des Français ». Elle signale, d’ailleurs, que le contrat de solutions sur l’usage des phytos, qui fera l’objet d’une conférence de presse le lundi 26 février « a été très apprécié », y compris « par Nicolas Hulot ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui