L'Anjou Agricole 11 juin 2018 à 15h00 | Par L'Anjou Agricole

La FNSEA et les JA ont débuté trois jours de blocages sous le slogan SauvezLesAgris

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les agriculteurs des Pays-de-la-Loire on bloqué la raffinerie de Donges, en Loire-Atlantique.
Les agriculteurs des Pays-de-la-Loire on bloqué la raffinerie de Donges, en Loire-Atlantique. - © Fnsea44

Les agriculteurs de la FNSEA et des JA se préparent à bloquer à partir du 10 juin au soir des raffineries et dépôts de carburants, pour dénoncer les contradictions d'un gouvernement qui les oblige à respecter des normes auxquelles ne sont pas soumis des produits importés. Sous le mot clé #SauvezLesAgris, les deux syndicats appellent leurs adhérents sur les réseaux sociaux à occuper 16 sites stratégiques, pour trois jours reconductibles. Outre la bioraffinerie en chantier de La Mède (Bouches-du-Rhône), les agriculteurs visent les 4 raffineries de Total en activité en France: Gonfreville-l'Orcher (Seine-Maritime), Grandpuits (Seine-et-Marne), Donges (Loire-Atlantique) et Feyzin (Rhône). Les 9 autres sites visés sont des dépôts de carburant à Dunkerque (Nord), Grigny (Essonne), Coignières (Yvelines), Gennevilliers (Hauts-de-Seine), Vatry (Marne), Strasbourg, Cournon (Puy-de-Dôme), Toulouse, Portes-Lès-Valence (Drôme), Saint-Priest (Rhône) et Reichstett (Bas-Rhin).

"On nous demande beaucoup d'efforts pour améliorer nos produits, sur la qualité, sur l'environnement, ce qui occasionne des coûts supplémentaires. Et dans le même temps, nous subissons de plus en plus d'importations de produits qui faussent la concurrence, et ne correspondent pas aux standards sanitaires et environnementaux qu'on nous impose", explique Jérôme Despey, secrétaire général du syndicat FNSEA.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.