L'Anjou Agricole 14 juin 2018 à 15h00 | Par L'Anjou Agricole

La FNSEA et les JA « suspendent » les blocages

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Twitter

A l'issue d'une seconde réunion avec le ministre de l'Agriculture jusque tard dans la nuit, les représentants nationaux des JA et de la FNSEA ont annoncé dans la matinée du 13 juin la « suspension » des blocages de sites pétroliers. « Il y a eu des points d'avancée, des points de déception et des engagements à travailler plus », a expliqué la présidente de la FNSEA Christiane Lambert. « Nous avons montrer notre capacité à mobiliser les troupes pour faire bouger les lignes, même si tout n'est pas satisfaisant », a lancé le président des JA Jérémy Decerle. La levée des blocages devrait se faire progressivement. Les syndicats annoncent avoir fait avancer plusieurs sujets, un courrier “projet” du ministre, mais pas encore signé, faisant foi : la remise en place du Corena (comité de rénovation des normes en agriculture), avec une première réunion fixée au 13 juillet ; une meilleure « lisibilité » de volet agricole du grand plan d'investissement ; une « reconnaissance du fait que les distorsions existent non seulement sur les produits, mais aussi sur les conditions de production » - les syndicats attendent sur ce point une prise de parole publique forte de la part des pouvoirs publics ; une position plus « pushing » de la France pour faire baisser les plafonds européens d'importation d'huile de palme dans le cadre de la révision en cours de la directive Red 2. En revanche, le syndicat n'a pas obtenu satisfaction sur les charges du travail saisonnier.

« La France est le fer de lance pour harmoniser les standards » (S. Travert)

« La France est le fer de lance pour harmoniser les standards », a lancé le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert, lors d'une conférence de presse le 13 juin, répondant ainsi à la demande de la FNSEA et des JA d'une prise de parole forte sur les distorsions de concurrence. Au sein de l'UE ou dans les accords internationaux, « nous défendons nos lignes rouges », a affirmé le ministre, citant notamment l'exemple de l'usage des hormones en viande bovine comme une « concurrence déloyale ». Le ministre de l'Agriculture a par ailleurs confirmé l'engagement, annoncé par les syndicats, à réunir le Corena (comité de rénovation des normes), porter la pérennisation de l'expérimentation de l'étiquetage sur la viande et le lait comme ingrédients (et son élargissement à d'autres produits), préciser le volet agricole du grand plan d'investissement, et pousser Total à aller plus loin dans ses engagements envers la filière colza. « Je veux exprimer ma satisfaction d'être parvenu à un accord et de voir cesser les perturbations, même si j'ai un regret que les syndicats aient pu porter ces méthodes », avait-il lancé en préambule.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Nous exigeons des dérogations pour les filières où les alternatives n’existent pas ou sont très insuffisantes

ont déclaré 7 organisations de producteurs suite à la publication le d’un décret définissant les substances actives de la famille des néonicotinoïdes.

Le chiffre de la semaine
700 000 km
de haies entretenues en France par des éleveurs et agriculteurs. Grâce à leur travail et leurs animaux, les sols stockent le carbone, les prairies permettent l’épuration des eaux et la biodiversité se conserve sur nos terres.