L'Anjou Agricole 01 septembre 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

La FNSEA salue la réforme du travail du président Macron

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © jc gutner

Le gouvernement a dévoilé le 31 août sa réforme du droit du travail, aussitôt saluée par la FNSEA. Un premier test de la «rénovation du modèle social» promise par Emmanuel Macron, dont l’organisation syndicale «salue l’esprit et les mesures», d’après un communiqué.

Cette réforme allège la gestion du compte pénibilité pour 160 000 employeurs de TPE (1,6 ETP/entreprise) en ôtant 4 facteurs de pénibilité de la déclaration annuelle et en supprimant la cotisation patronale, détaille la FNSEA.

Elle vise à simplifier la vie des entreprises en matière sociale, notamment pour les TPE/PME, souligne le communiqué. «La négociation d’entreprise s’en trouve ainsi grandement facilitée en permettant au chef d’entreprise de moins de 20 salariés de négocier directement avec les salariés sur l’ensemble des sujets, considère la FNSEA. Elle apporte également de nouvelles sécurités aux salariés afin de favoriser la relation dans les entreprises.»

Tout en donnant «plus de marge de manoeuvre aux entreprises en matière de négociation collective», cette réforme «conforte le rôle pivot des branches professionnelles en leur confiant de nouveaux sujets de négociation comme les CDD et le CDI de chantier».

La FNSEA salue aussi le barème des indemnités prud'homales, qui prévoit un plafonnement des dommages et intérêts.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui