L'Anjou Agricole 09 avril 2018 à 16h00 | Par L'Anjou Agricole

La FNSEA se demande « qui va payer » le Plan bio

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Tout en saluant le plan Ambition Bio annoncé hier par le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert, la FNSEA dénonce dans un communiqué de presse diffusé vendredi 6 avril, « l’opacité » dans l’annonce des efforts budgétaires prévus. « Qui peut comprendre d’où vient le 1,1 milliard d’euros annoncé ? », s’interroge ainsi le syndicat. De plus, la période annoncée pour ce plan (2018-2022), « n’est pas en adéquation avec l’actuelle programmation Pac qui se termine en 2020 », remarque l’organisation qui redoute que le financement se fasse sur les aides Pac des agriculteurs ou par des taxes « franco-française qui créeraient une distorsion de concurrence supplémentaire ». Le syndicat se veut donc « vigilant », tout en annonçant qu’il sera « acteur de l’élaboration de ce Plan » qui permettra de « répondre à la demande toujours croissante des consommateurs ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Nous exigeons des dérogations pour les filières où les alternatives n’existent pas ou sont très insuffisantes

ont déclaré 7 organisations de producteurs suite à la publication le d’un décret définissant les substances actives de la famille des néonicotinoïdes.

Le chiffre de la semaine
700 000 km
de haies entretenues en France par des éleveurs et agriculteurs. Grâce à leur travail et leurs animaux, les sols stockent le carbone, les prairies permettent l’épuration des eaux et la biodiversité se conserve sur nos terres.