L'Anjou Agricole 23 mars 2018 à 09h00 | Par L'Anjou Agricole

La FNSEA veut insuffler à son prochain congrès une ambiance «positive»

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Christiane Lambert.
Christiane Lambert. - © Actuagri

Lors d'une conférence de presse le 22 mars, la présidente de la FNSEA Christiane Lambert a présenté le programme du prochain congrès du syndicat, le 28 et 28 mars à Tours, placé sous le thème ”Le monde bouge… bougeons !”. Le 28 mars, le congrès fera la part belle à une séquence «volontairement positive», a-t-elle expliqué, avec la participation de six intervenants extérieurs, dont l'écrivain Erik Orsenna ou le distributeur Serge Papin. «Au Salon de l'agriculture, nous avons senti une ambiance de préoccupation, puis de recherche de solutions», explique Christiane Lambert, qui décrit un monde où « tout s'accélère » et où la FNSEA veut « continuer de bouger ».

Lors du congrès, la FNSEA dévoilera plus amplement son Contrat de solutions (alternatives aux produits phyto), dont elle espère qu'il sera signé par quatre ministères en juin prochain, mais aussi sa Charte d'usage des données numériques agricoles.

Il s'agira du premier congrès du syndicat de Christiane Lambert après son élection à la présidence en avril 2017, à l'issue du précédent congrès. Elle avait auparavant assuré l'intérim à la présidence, après le décès de Xavier Beulin en février 2017.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Si des solutions techniques alternatives au désherbage chimique existent, elles ne sont pas encore adoptables par tous les arboriculteurs.

indique le CTIFL (centre technique), dans un communiqué du 26 mai

Le chiffre de la semaine
8,2 millions d'euros
Horticulture : dans le Maine-et-Loire, la destruction des plantes et fleurs, suite à la crise du Covid-19, a entrainé une perte de 8,2 millions d'euros (source FNPHP Grand Ouest)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui