L'Anjou Agricole 16 août 2018 à 15h00 | Par L'Anjou Agricole

La FRSEA appelle au pragmatisme

La sécheresse persistante et les faibles précipitations estivales n’ont pas permis à la majorité des agriculteurs de réaliser le travail du sol, notamment pour les SIE.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Toutes les productions sont impactées par la canicule malgré les récentes précipitations. Dans ces conditions, les agriculteurs n’ont pas été en mesure d’implanter dans de bonnes conditions les cultures dérobées SIE qui comptent pour le calcul du taux de verdissement des aides Pac.
Toutes les productions sont impactées par la canicule malgré les récentes précipitations. Dans ces conditions, les agriculteurs n’ont pas été en mesure d’implanter dans de bonnes conditions les cultures dérobées SIE qui comptent pour le calcul du taux de verdissement des aides Pac. - © Annick Conté

Le président de la FRSEA, Jean-Marc Lézé, s’est exprimé le 14 août dans un communiqué de presse au sujet de l’absence du travail du sol pour faire des semis suite à la sécheresse. Il estime que cela a conduit les agriculteurs « soit à se mettre dans l’illégalité vis-à-vis de leurs obligations liées au verdissement en ne respectant pas le calendrier de date limite de semis imposé par l’administration, soit à réaliser un semis "administratif", dans les délais impartis règlementairement, mais en pure perte économique, et en contradiction avec les règles agronomiques élémentaires ».

En ne repoussant « que de quelques jours la date limite de semis, sans prendre en compte les données météo, l’état démontre une nouvelle fois sa déconnexion totale avec la réalité  », déplore le président de la FRSEA.

Les agriculteurs « parlent pratique agronomique et logique adaptée à la météo, et l’administration répond juridique et sanctions, existera-t-il un dictionnaire  "pragmatique" qui conduise à une prise en compte de nos réalités  ? C’est tout ce qu’attendent les agriculteurs », conclut Jean-Marc Lézé.

Un soutien au Parlement européen

Michel Dantin, député au Parlement européen, a pris toute la mesure de la situation des agriculteurs français et a sollicité le Commissaire européen à l’Agriculture et au développement rural, Phil Hogan, lui expliquant que « compte tenu de la sécheresse, le travail du sol et la réalisation de semis ne peuvent être envisagés dans de bonnes conditions dans les délais établis en France ».

Le député a ainsi demandé une « dérogation aux obligations liées au verdissement pour les agriculteurs français, notamment une dérogation à l’implantation des cultures intermédiaires pièges à nitrates et des intercultures sur les surfaces d’intérêt écologique».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

la phrase de la semaine

Il faut ranimer la flamme et les rappeler à notre bon souvenir

a lancé le président de l’APCA, Claude Cochonneau, à la veille de la reprise des négociations commerciales entre les entreprises de l’alimentaire et la grande distribution.

Le chiffre de la semaine
100 000
Organisée par Jeunes agriculteurs, la 5ème édition de Terres de Jim a rassemblé 100 000 personnes à Javené, en Ille-et-Vilaine, du 7 au 9 septembre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui