L'Anjou Agricole 15 juillet 2020 à 11h00 | Par AA

La haie vous veut du bien

Depuis 20 ans, Christian Perrois, éleveur de charolaises, utilise du bois déchiqueté pour la litière de ses animaux. Mais sa haie présente de nombreuses autres vertus.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Depuis 20 ans, Christian Perrois utilise du bois déchiqueté pour la litière de ses charolaises.
Depuis 20 ans, Christian Perrois utilise du bois déchiqueté pour la litière de ses charolaises. - © AA

L'exploitation de Christian Perrois n'est pas uniquement agricole. En effet, cet agriculteur de La Ferrière de Flée exploite le bois de ses terres, notamment en bois de chauffage et en litière pour ses animaux, des charolais.


Du bois dans la litière
Installé en 1995, Christian Perrois a pris la suite de son père sur 60 ha. Adepte du pâturage, ses animaux peuvent profiter d'une litière en bois déchiqueté lorsqu'ils sont dans la stabulation. « J'essaie de sortir mes animaux 9 à 10 mois dans l'année », confirme l'éleveur. Pour ce qui est du bois déchiqueté, le calibre est le G30. Ce dernier est principalement utilisé pour l'aire d'alimentation, les couchages étant tapissés de paille, de manière plus classique. Au total, l'éleveur utilise 30 tonnes de paille, et 50 tonnes de bois déchiqueté. Christian Perrois a roulé sa bosse avec le bois déchiqueté, puisqu'il l'utilise depuis 2000, le plaçant ainsi comme le premier utilisateur dans le département. Pour la litière, le mieux est d'avoir des branches d'un diamètre inférieur à 10 cm. « Le stockage est facile, et le bois a un gros pouvoir absorbant. En allaitant, cela ne dérange pas les animaux », développe l'agriculteur. Cependant, ce dernier avertit ceux qui veulent se lancer dans la valorisation de la haie : « il faut venir se former auprès d'un habitué. Préparer un chantier n'est pas toujours simple si l'on veut du bois de qualité ».


Les bénéfices de l'arbre
L'arbre, c'est une véritable passion chez Christian Perrois. Il est membre du réseau Afac-Agroforesterie, dont une antenne s'est montée dans le département. L'éleveur dispose de
6 ha en agroforesterie. Un choix logique : « l'arbre, ce n'est que des bénéfices pour l'agriculteur. Cela stocke du carbone, c'est un climatiseur, et cela fixe l'eau dans le sol ».  Sur son exploitation, le bois est donc une production à part entière, allant même jusqu'à l'épandage. « C'est une super matière pour l'épandage. Les minéraux sont très bien fixés avec le bois déchiqueté, et cela apporte beaucoup aux cultures », détaille l'agriculteur. Une partie de son bois permet également de chauffer 3 maisons, à l'aide de chaudières à bois. Le temps passé n'est pas excessif pour s'occuper des haies. « Je les taille une fois tous les 20 ans. J'ai environ 200 m par an à faire ». Afin de développer les haies, le réseau Afac Agroforesterie a initié un label, le Label Haies.

 

Article complet dans l'Anjou Agricole du 17 juillet.

- © AA

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Le relèvement du seuil de revente à perte de 10 % et l’encadrement des promotions sur les produits alimentaires Loi Egalim semble avoir mis un terme à la baisse des prix des produits alimentaires en général

estime Céline Bonnet, chercheur à la Toulouse School of Economics dans son rapport d’évaluation que le gouvernement a remis au parlement le 30 septembre.

Le chiffre de la semaine
45 %
des poulets consommés en France viennent de l’étranger.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui