L'Anjou Agricole 22 décembre 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

« La hausse des prix doit être répercutée »

Questions à Dominique Godard, président de l’Organisation de producteurs Ligérienne (éleveurs livrant à l’entreprise Lactalis).

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Près de 90 producteurs de lait livrant à Lactalis se sont rassemblés au Pin-en-Mauges, lundi 19 décembre.
Près de 90 producteurs de lait livrant à Lactalis se sont rassemblés au Pin-en-Mauges, lundi 19 décembre. - © D R

>> Où en est le prix du lait et quelles sont les perspectives pour début 2017  ?
Dominique Godard : le prix est de 296 euros/1 000 litres en novembre et devrait être d’un peu plus de 300 euros/1 000 litres pour décembre. Le prix moyen dans l’Ouest devrait s’établir à 276 ou 277 euros/ 1 000 litres sur l’année, conformément à l’accord trouvé cet été avec Lactalis.
Mais pour l’heure, aucun prix n’a été fixé pour janvier. L’entreprise se montre frileuse. Les producteurs ne comprennent  pas, en voyant l’évolution des prix des matières premières, que la hausse du prix ne leur soit pas répercutée complètement. La fédération des industries laitières concède que les prix sont meilleurs, mais elle évoque la guerre des négociations avec la GMS.
Cela, les producteurs ne l’admettent vraiment pas. La crise dure depuis 18 mois, il n’y a plus de trésorerie dans les exploitations, et personne ne veut afficher un prix. Il faudrait une augmentation de 10 à 15 % du prix du lait dès le début d’année. Les producteurs paient les pots cassés de la politique de promotion qui a été faite dans les GMS cette année. Il y a rarement eu autant de promos qu’en 2016.


>> Dans quel état d’esprit sont aujourd’hui les producteurs livrant à Lactalis ?
Ils sont conscients que face à une entreprise comme celle-ci, il faut être le plus possible regroupés. Parce que sur la répartition de la valeur ajoutée, on constate que les producteurs sont toujours les parents pauvres.

 

Plus d'informations dans l'Anjou agricole du 23 décembre 2016.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Comme on aimerait que toutes nos larmes forment une pluie abondante, un orage de colère et de piété, qui, d’un coup, arrêterait l’incendie de Notre Dame !

a twitté Bernard Pivot, journaliste et écrivain, lundi 15 avril à l’annonce du terrible incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Le chiffre de la semaine
6,5 %
Sur un panier de courses de 100 euros, seulement 6,50 euros reviennent aux agriculteurs (source OFPM)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui