L'Anjou Agricole 09 avril 2019 à 16h00 | Par AA

La lentille verte vient enrichir la rotation

Agriculteurs à Meigné-le-Vicomte, aux confins du Maine-et-Loire, de la Sarthe et de l'Indre-et-Loire, Didier et Nicolas Bellanger cultivent depuis 3 ans de la lentille verte, en contrat avec la coopérative CAPL.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La lentille est une légumineuse intéressante agronomiquement, mais qui demande beaucoup de soins à l’implantation et une bonne dose de patience à la récolte.
La lentille est une légumineuse intéressante agronomiquement, mais qui demande beaucoup de soins à l’implantation et une bonne dose de patience à la récolte. - © AA

« Ma coopérative, la CAPL, m’a proposé de diversifier mes productions en cultivant de la lentille », explique Didier Bellanger, du Gaec de la Maillardière, dans le Baugeois. Une légumineuse qui vient diversifier l’assolement, rallonger les rotations et apporter de l’azote au sol. Ce printemps, l’agriculteur a semé  8 ha 1/2 le 26 mars.

L’implantation est une période clé pour la lentille, et avant même cela, le choix de la parcelle est crucial. " Je suis venu dès le mois de décembre pour conseiller
l’agriculteur ", explique Xavier Bonneau, technico-commercial à la CAPL dans le Baugeois.  L’idéal  ? Des sols non hydromorphes, car la lentille ne supporte pas les excès d’eau, et sans cailloux.
La culture peut en revanche se contenter de sols à potentiel faible ou moyen. Elle nécessite peu ou pas de fertilisation. En termes de traitements, un désherbage post semis-prélevée est appliqué, avec parfois un rattrapage si besoin, puis un à deux fongicides au moment de la floraison (contre le botrytis).


Récolter l’après-midi
La récolte est une étape délicate : « c’est la phase la plus compliquée », estime Didier Bellanger. La culture de lentille ne monte pas très haut (autour de 25 cm ) et a tendance à verser. Il faut donc poser la coupe à même le sol et récolter en conditions sèches. « L’après-midi est le meilleur moment. Si l’on essaie de récolter le matin, avec la rosée, les plantes se couchent et se tassent devant la coupe ». L’agriculteur récolte avec sa propre moissonneuse-batteuse. L’an dernier, il a fallu deux jours pour faire une dizaine d’hectares.
L’an dernier, le rendement était de 1,6 tonne/ha chez Didier Bellanger, mais il peut atteindre plus de 2 tonnes dans des sols profonds. La marge brute à l’hectare en 2018 était de 820 euros. Un des gros avantages apportés par la contractualisation, c’est que l’on « connaît le prix de la culture dès le semis », apprécie Didier Bellanger.

Convaincu qu’il est prudent de ne pas mettre tous les œufs dans le même panier, l’agriculteur  joue avec la CAPL la carte de la diversification et des cultures sources de valeur ajoutée, en faisant des blés CRC (Cultures raisonnées contrôlées), et plusieurs cultures sous contrats : lentilles mais aussi quinoa, pois chiche, ou encore tournesol pour l’oisellerie.
S.H.

Didier Bellanger a implanté 8 ha 1/2 de lentilles vertes cette année. La variété, Anicia, est celle produite dans l’AOP “lentille verte du Puy”.
Didier Bellanger a implanté 8 ha 1/2 de lentilles vertes cette année. La variété, Anicia, est celle produite dans l’AOP “lentille verte du Puy”. - © AA
La lentille verte connaît un engouement auprès des consommateurs.
La lentille verte connaît un engouement auprès des consommateurs. - © Christian Gloria

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Il est possible de conserver et restaurer la biodiversité avec les surfaces de production agricole

ont déclaré l’Inra et le CNRS dans une étude publiée dans la revue scientifique Pnas le 2 août.

Le chiffre de la semaine
650
C'est le nombre, par an, de chevaux de course résidant au Centre d’entraînement régional du galop de l’Ouest (Cergo) à Pouancé.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui