L'Anjou Agricole 30 mars 2017 à 13h00 | Par L'Anjou Agricole

La méthanisation, gage de durabilité en polyculture-élevage

Le Gaec des Fritillaires, à Etriché (49), a investi il y a 6 mois dans une unité de méthanisation à la ferme. Elle valorise fumier de bovin, lisier de canard, eaux blanches et vertes, menues pailles et fauche tardive.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La matière est intégrée régulièrement dans le digesteur, à raison de 2 m3 toutes les heures et demi. Une porte ouverte était organisée le 24 mars par la société Jarny.
La matière est intégrée régulièrement dans le digesteur, à raison de 2 m3 toutes les heures et demi. Une porte ouverte était organisée le 24 mars par la société Jarny. - © AA

Alors qu’un certain nombre de projets collectifs voient le jour en méthanisation, le Gaec des Fritillaires, à étriché, a opté pour une unité de méthanisation individuelle. Plusieurs raisons ont présidé à ce choix, comme l’explique Dominique Lebrun, un des 3 associés de cette exploitation de polyculture élevage : « nous n’avons pas de voisins proches. De plus, je concevais mal de passer du temps à “rouler” de la matière sur la route ».

Autre raison importante, la volonté d’être « en autonomie par rapport au fonctionnement ». Pour l’éleveur, la méthanisation est, à court terme, une source de revenu supplémentaire et à plus long terme, un des moyens d’assurer la pérennité et la transmissibilité de l’exploitation. « Et pour cela, on a voulu que la valeur ajoutée apportée soit sur place », souligne-t-il.
C’est enfin, un moyen de répondre au besoin de mise aux normes de l’élevage. Et, en aval, une façon de réduire les odeurs liées à l’épandage. Les effluents devraient être aussi  mieux valorisés grâce à une meilleure disponibilité de l’azote. « On espère bien faire des économies d’engrais ».

L'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 31 mars 2017.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Ça coince sur la répartition de la valeur.

selon la FNPL. La répartition de la valeur a été au coeur des discussions du conseil d’administration du Cniel du 11 juillet.

Le chiffre de la semaine
36,1 Mt
Selon les dernières estimations au 1er juillet, la production française de blé tendre atteindrait 36,1 millions de tonnes (Mt), en léger recul de 1,3 % par rapport à l’année précédente, annonce le ministère de l’Agriculture dans une note de conjoncture le 10 juillet.