L'Anjou Agricole 13 juillet 2017 à 15h00 | Par L'Anjou Agricole

La moisson de quinoa d'Anjou bat son plein en Maine-et-Loire

La récolte a commencé pour le quinoa d’Anjou, première et unique filière française de quinoa. Cette année, 250 agriculteurs en produisent 1 700 ha pour la coopérative CAPL, en partenariat avec Abbottagra pour les semences.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Quinoa avant récolte.
Quinoa avant récolte. - © AA

 

Voici à quoi ressemble la plante avant récolte. La culture est implantée en mars, pour une récolte entre mi juin et fin août. Elle est implantée plus ou moins dense : entre 70 et 140 pieds au m2. Les herbicides sont interdits. Les insecticides aussi, hormis un insecticide de contact avant floraison. Les producteurs croisent les doigts pour que les cassides, principal ravageur, ne se développent pas trop dans les parcelles. Le quinoa est une culture à risque, qui demande une grande technicité, mais qui constitue une très intéressante tête de rotation...

Reportage photo à découvrir dans l'Anjou agricole du 14 juillet 2017.

Mardi 11 juillet 2017 à Courchamps (49). Le producteur Christian Blet, le fournisseur de semences Jason Abbott et le responsable filières végétales à la CAPL, Arthur Nicolas. Cette année, Christian Blet cultive du quinoa rouge, la nouveauté 2017.
Mardi 11 juillet 2017 à Courchamps (49). Le producteur Christian Blet, le fournisseur de semences Jason Abbott et le responsable filières végétales à la CAPL, Arthur Nicolas. Cette année, Christian Blet cultive du quinoa rouge, la nouveauté 2017. - © AA

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui