L'Anjou Agricole 19 août 2019 à 14h00 | Par Romain Devaux

La Petite angevine veut plus que jamais séduire

Indissociable des courses hippiques de Beaupréau, la 166e édition de la Petite Angevine se déroulera lundi 26 août, comme à son habitude sur l'hippodrome de la Prée. Animations et nouveautés en perspective...

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Philippe Belliard, président de la Société des courses hippiques de Beaupréau, président du comité d'organisation de la Petite Angevine.
Philippe Belliard, président de la Société des courses hippiques de Beaupréau, président du comité d'organisation de la Petite Angevine. - © AA

La séculaire foire de la Petite Angevine, rendez-vous agricole et commercial de plein air, est attendue de tous lundi prochain. « Elle est devenue, au fil des décennies, la première foire de France tenue sur un jour, tient à rappeler Philippe Belliard, président de la Société des courses hippiques de Beaupréau, qui tout jeune avait déjà l'habitude de se rendre sur ce type d'événement populaire. La date est calendaire pour les Bellopratains et leur famille. Elle est un symbole de rentrée des classes, de rentrée sociale, économique, politique... » Et de se souvenir que « dans le temps, on disait même en parlant d'une chose à faire, qu'elle attendra après les courses... ».

Savoir se renouveler
Mais pour celui qui préside depuis 20 ans le comité de la Petite Angevine (membre depuis 30 ans), maintenir le haut niveau de fréquentation de la foire - entre 35 000 et 40 000 visiteurs/jour, près de 450 exposants - et sa notoriété dans tout l'Ouest n'est pas chose aisée. Autrefois événement commercial majeur de la rentrée - dans les années 60 à 90, on y faisait ses courses scolaires ! -, la
Petite Angevine a vu au fil des années le tissu commercial muter totalement. Avec l'avènement des supermarchés d'abord, puis du e-commerce ensuite. Si les anciens prennent encore beaucoup de plaisir à venir à la Petite Angevine, pour la promenade notamment, la jeunesse se fait plus rare et l'achat n'est plus une priorité. Le visiteur prend des contacts avec l'exposant, et l'affaire se conclut plus tard. « Il faut donc savoir se renouveler, sinon les gens se lassent, admet
Philippe Belliard qui relève aussi cette baisse d'engouement sur les dernières éditions. Et pour celui qui dans la vie active dirige une entreprise de matériaux de construction, les décisions prises sont radicales. « Il faut savoir prendre les choses en main pour inverser la courbe et faire revenir l'activité commerciale », martèle-t-il. Le comité d'organisation opte alors pour une évolution du concept de la foire, mais également pour un changement d'appellation. En cette fin août, le week-end de la Petite Angevine comportera deux jours de courses hippiques et, lundi, "la Féria made in Mauges".

Changement concerté
A l'invitation de la Société des courses, organisatrice de l'événement, acteurs économiques, politiques, associatifs, sportifs et culturels se sont donc mis autour de la table. « Ce genre de foire sur un jour complet, en plein air, associe l'agricole, le commerce, l'industrie et les services. On ne voit cela nulle part ailleurs, il est important de maintenir ce lien », réaffirme le président. Un lien qui s'étoffe cette année avec la mise en place d'un partenariat avec les nouvelles communes, faisant évoluer le périmètre de communication à l'échelle de l'agglomération Mauges
Communauté. « La nouvelle appellation correspond au symbole d'un territoire entier, dans lequel toutes les communes se retrouvent. C'est désormais la vitrine des Mauges ! », se réjouit Philippe Belliard.

Pour parfaire « le lifting de cette vieille dame », les organisateurs ont aussi renouvelé l'offre faite aux badauds. « Nous avons fait évoluer sur la Prée la capacité de restauration, sous-évaluée par rapport au nombre de visiteurs. Une grande tablée est notamment prévue », indique le président qui rappelle l'esprit festif du lieu, avec la programmation de concerts autour de cette « guinguette géante ». Le savoir-faire des Mauges sera également mis en valeur le jour de la foire au travers d'un job dating, « durant lequel les entreprises pourront exposer leurs activités pour susciter des vocations, voire recruter ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Il y a un sentiment de déconsidération qui est spectaculaire.

a déclaré Jérôme Despey, secrétaire général de la FNSEA, évoquant le « mal-être » général des agriculteurs, et notamment l’incendie qui a touché une exploitation

Le chiffre de la semaine
105 318
C'est le nombre de visiteurs qu'a accueilli le Space pour l'édition 2019.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui