L'Anjou Agricole 06 juillet 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

La préfète modifie les mesures de restriction

Un arrêté complémentaire avec plus de progressivité a été signé par les hautes autorités, à la demande de la profession agricole.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © FDSEA

Les pluies de la semaine dernière, très hétérogènes sur le département, ont temporairement soulagé les cultures. Mais elles ne changent pas fondamentalement la situation hydrologique, qui reste préoccupante. La plupart des nappes sont à leur niveau le plus bas connu. Les débits des cours d’eau, qui ont augmenté à la faveur des précipitations, sont repartis à la baisse (hormis la Loire). La préfète du département a donc organisé un comité eau mardi dernier, et signé un arrêté complémentaire pour adapter le dispositif de restrictions.

Des restrictions plus progressives dans les eaux superficielles
La Chambre d’agriculture, la FDSEA et JA, avaient rencontré la préfète la semaine dernière pour lui proposer des évolutions. L’objectif est clair : retarder au maximum l’atteinte des seuils d’alerte renforcée et de crise, pour poursuivre l’irrigation le plus longtemps possible et sauver les cultures. Pour cela, le choix est de débuter les restrictions horaires dès le niveau d’alerte (en remplacement de l’autolimitation des prélèvements) de 10 h à 18 h. En parallèle, les prélèvements pourront se poursuivre en cas de dépassement du seuil d’alerte renforcée, 5 nuits par semaine de 20h à 8h. Le niveau de crise reste inchangé : arrêt de tous les prélèvements sauf usages vitaux (dont l’abreuvement des animaux). Ces mesures entreront en vigueur à partir de la semaine prochaine, dans les futurs arrêtés étiage hebdomadaires. Pour la préfète, il s’agit de « trouver un équilibre » entre l’alimentation en eau potable, les enjeux économiques liés à l’irrigation et les besoins des milieux aquatiques.

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 7 juillet.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

La hausse des cours du blé préoccupe les meuniers

indique l’Association nationale de la meunerie française (ANMF)

Le chiffre de la semaine
254
MILLIONS D'EUROS.La justice américaine a condamné Monsanto à verser 254 millions d’euros à un jardinier, Dewayne Johnson, atteint d’un cancer incurable, après avoir utilisé des produits de la firme.