L'Anjou Agricole 30 juin 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

La procédure calamités agricoles est en marche

La mission d’enquête a sillonné le département pour expertiser les dégâts sur les fourrages et les cultures.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

A l’initiative de la FDSEA et de la Chambre d’agriculture, une demande de reconnaissance calamités agricoles a été formulée pour répondre aux dégâts causés par les inondations de début juin. Une mission d’enquête s’est donc déplacée sur sept exploitations sinistrées, sillonnant le département d’Ouest en Est, afin d’établir un état des lieux de la situation. Un comité départemental d’expertise est ensuite prévu le 20 juillet pour valider le dossier départemental, qui devra ensuite être présenté en commission nationale calamités. Les fourrages et certaines cultures non assurables pourraient alors bénéficier des fonds calamités.

Sinistrées par les eaux
Selon un premier état des lieux, plus de 14 000 ha ont été recouverts d’eau, touchant 600 exploitations, dont 11 000 hectares de prairies. Les foins sont donc condamnés, dans des secteurs où traditionnellement il n’y a qu’une seule coupe par an. Pour certains éleveurs, c’est donc une vraie catastrophe car les animaux sont déjà rentrés dans les bâtiments, mettant déjà à mal les stocks fourragers.
Se pose également la question de la remise en état des prairies. Certains éleveurs pensent faucher et botteler pour nettoyer les parcelles. D’autres misent sur un simple broyage en espérant que le regain n’en pâtisse pas trop.

2 000 hectares de maïs touchés
La crue a également mis à mal les semis de printemps avec près de 2 000 hectares de maïs détruits. Certaines parcelles ne pourront  être re-semés, mais certains éleveurs vont malgré tout tenter des semis avec des indices de précocité importants (jusqu’à 180).
éric Roux, de la DDT, a insisté auprès des exploitations visitées que soit retourné, avant le 8 juillet, le formulaire “cas de force majeure” afin que les cultures détruites ou non semées au 15 juin bénéficient des aides Pac.

Retrouvez l'intégralité de l'article dans L'Anjou agricole du 1er juillet 2016.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

La durée minimale d’arrêt de travail est désormais portée de 2 à 8 semaines pour les travailleuses indépendantes et les exploitantes agricoles

ont annoncé la ministre de la Santé, le ministre de l’Agriculture et la secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, dans un communiqué du 17 juin.

Le chiffre de la semaine
2,7
MILLIONS DE TONNES. tonnes. C’est la quantité de tourteaux de soja qui parcourent chaque année plus de 10 000 km, pour nourrir les animaux des élevages ligériens et bretons.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui