L'Anjou Agricole 22 novembre 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

La Russie interdit l'importation de porc et de boeuf du Brésil

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Archives AA

La Russie a décidé de suspendre à partir du 1er décembre les importations de boeuf et de porc du Brésil après la découverte de plusieurs substances interdites, ont indiqué le 20 novembre les services vétérinaires. Dans un communiqué, l'agence de régulation des produits agricoles Rosselkhoznadzor précise avoir détecté de la ractopamine et d'autres « hormones de croissance » dans la viande brésilienne. La ractopamine est un additif alimentaire utilisé pour augmenter la masse musculaire des animaux interdit en Russie au motif qu'il peut avoir des effets négatifs sur la santé des consommateurs. L'agence russe précise avoir dû prendre « des mesures sévères pour la protection des consommateurs russes » et imposer à partir du 1er décembre des « restrictions temporaires » sur les importations de boeuf et de porc. Cette décision restreint encore les sources d'importation de viande pour la Russie, celles d'Union européenne, des Etats-Unis, du Canada et d'Australie, entre autres pays occidentaux, étant déjà interdites par l'embargo agricole imposé depuis 2014 en réponse aux sanctions dues à la crise ukrainienne. En février, la Russie avait déjà décidé de suspendre les importations de boeuf néo-zélandais en raison de l'utilisation de ractopamine.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Si des solutions techniques alternatives au désherbage chimique existent, elles ne sont pas encore adoptables par tous les arboriculteurs.

indique le CTIFL (centre technique), dans un communiqué du 26 mai

Le chiffre de la semaine
8,2 millions d'euros
Horticulture : dans le Maine-et-Loire, la destruction des plantes et fleurs, suite à la crise du Covid-19, a entrainé une perte de 8,2 millions d'euros (source FNPHP Grand Ouest)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui