L'Union Agricole 09 janvier 2020 à 07h00 | Par JCD

La surmécanisation, entre mythe et réalité.

La France se situe dans le haut de la fourchette concernant les charges de mécanisation et main d’œuvre. Sans avoir à rougir par rapport aux concurrents d’Amérique du Nord. Des solutions de partage de matériel existent pour limiter les coûts de mécanisation, mais elles plafonnent.

Abonnez-vous Imprimer
Les causes de cette forte mécanisation sont multiples, liées au coût de la main d’oeuvre, à la structure d’exploitation, à la fiscalité ainsi qu'au calendrier des travaux également.
Les causes de cette forte mécanisation sont multiples, liées au coût de la main d’oeuvre, à la structure d’exploitation, à la fiscalité ainsi qu'au calendrier des travaux également. - © Claas

L’antienne est bien connue, nourrie par ce type d’anecdote : étonné de voir quatre tracteurs dans une ferme aveyronnaise et non plus deux, un syndicaliste en fait la remarque. L’éleveur lui répond : « Comme ça, on ne dételle pas ! ». Loin d’être représentatif, ce cas entretient l’idée d’une surmécanisation de l’agriculture française. Mythe et réalité ? Un mythe, aux dires de certains.
« La surmécanisation, j’en entends parler depuis trente ans. Mais sans rien voir de   [...]

 

» Lire la suite sur le site L'Union Agricole

la phrase de la semaine

Je respecte le processus démocratique, mais je pense profondément que ce n’est pas le bon véhicule

Interrogé au Space, sur le Référendum d’initiative partagée pour les animaux, le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie a répondu qu’il ne s’agissait pas du “bon vehicule” politique

Le chiffre de la semaine
14 746
Chasseurs dans le Maine-et-Loire.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui