L'Anjou Agricole 24 décembre 2015 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

La tuberculose bovine n’a pas changé depuis les années 80 (Anses)

La tuberculose bovine liée à une bactérie « n’a pas changé de visage épidémiologique » depuis les années 80, selon une étude publiée dans le bulletin épidémiologique du 23 décembre de l’agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses).

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La tuberculose bovine est une maladie à déclaration obligatoire, avec abattage total du cheptel.
La tuberculose bovine est une maladie à déclaration obligatoire, avec abattage total du cheptel. - © AA

Cette étude fait suite à une perception des vétérinaires praticiens comme quoi « la tuberculose bovine sévissant aujourd’hui est bien différente de celle qui sévissait il y a plus de vingt ans : le nombre d’animaux atteints par élevage serait beaucoup plus faible et la taille des réactions aux intradermo-tuberculination moins importante ». Marianne Bernard et Jean-Jacques Bénet, chercheur à l’école vétérinaire de Maison Alfort, à l’origine de l’étude constatent cependant que si le nombre de bovins atteints par élevage reste toujours aussi faible que dans les années 80, « la taille des réactions [tuberculinique des animaux infectés, NDLR] semble avoir fortement diminué ».


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.