L'Anjou Agricole 13 avril 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

La vente de reproducteurs attire les foules

Mercredi 12 avril, sur les 24 mis en vente, 23 taureaux ont trouvé preneurs au Domaine des rues.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Mercredi 12 avril, à la vente de reproducteurs organisée par la Sica Domaine des rues, nombreux avaient fait le déplacement pour découvrir les 24 reproducteurs rouge des prés.
Mercredi 12 avril, à la vente de reproducteurs organisée par la Sica Domaine des rues, nombreux avaient fait le déplacement pour découvrir les 24 reproducteurs rouge des prés. - © AA

Le hall de vente de la station du Domaine des rues était archi-plein pour la vente de reproducteurs, mercredi 12 avril à Chenillé-Changé. Plus de 200 personnes ont suivi les enchères. Une réelle satisfaction pour
Hervé Ménard, président de la Sica Domaine rouge des prés.
« Dans ces temps moroses, cette fréquentation prouve que la génétique intéresse toujours nos éleveurs. » En vente, 24 reproducteurs rouges des prés. La crème de la crème. Sélectionnés par la station, ils ont passé 5 mois à la station pour être testés et comparés. 23 ont trouvé preneurs au cours de l’après-midi. La moyenne des prix de vente ? 3 178 €. Un des records pour cette vente de printemps.
Parmi les acheteurs, Jacky Gaultier du Gaec des Sables d’Armaillé. Il a investi 3 750 € dans Marin, un taureau de l’élevage Bourdais (53). « C’est un taureau homogène non porteur du gène culard avec de bonnes qualités bouchères », explique le nouvel acquéreur. L’agriculteur apprécie cette vente parce qu’« on y retrouve le meilleur de la race. »

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 14 avril 2017.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.