L'Anjou Agricole 30 août 2016 à 15h00 | Par L'Anjou Agricole

Lait : accord entre Lactalis et les producteurs

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Des agriculteurs ligériens mardi matin 30 août, devant la laiterie Lactalis de Saint-Florent-le-Vieil (Maine-et-Loire).
Des agriculteurs ligériens mardi matin 30 août, devant la laiterie Lactalis de Saint-Florent-le-Vieil (Maine-et-Loire). - © AA

Un accord a finalement été trouvé entre les producteurs de lait et leur collecteur Lactalis le 30 août, après une réunion qui s’est tenue le matin en préfecture de Laval. Le prix fixé est de 290 euros en moyenne sur les cinq derniers mois de l’année (contre 257 € initialement proposés par Lactalis au mois d’août), soit une augmentation de 5 euros du prix aux 1000 L. tous les mois (de 280 € en août à 300 € en décembre), pour une moyenne de 275 € sur l’année.

Le secrétaire général de la FNSEA, Dominique Barrau, a salué cet accord comme « une étape de franchie », et s’est dit satisfait de voir Lactalis revenir sur des niveaux de prix similaires à ses concurrents.

La FNSEA souhaite néanmoins un rendez-vous avec le président de Lactalis, Emmanuel Besnier, pour discuter de l’avenir de leurs relations commerciales. Un rendez-vous avait été demandé dès le début du mois d’août par Xavier Beulin, président de la FNSEA, qui n’a pas obtenu de réponse satisfaisante depuis.

 

Plus d'informations dans le journal Réussir l'Anjou agricole du 2 septembre.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.