L'Anjou Agricole 08 février 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Lait : " des négociations commerciales qui se passent mal "

La Fédération national de l’industrie laitière (Fnil) alerte dans un communiqué du 7 février sur le fait que les « négociations annuelles 2017 en cours entre fournisseurs et distributeurs se passent mal ».

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Selon le syndicat, « si les prix du lait ne remontent pas en 2017 à des niveaux plus supportables, […], c’est toute la filière laitière qui sera sinistrée avec des conséquences dramatiques pour l’agriculture française et la vie économique des territoires ruraux ».
Selon le syndicat, « si les prix du lait ne remontent pas en 2017 à des niveaux plus supportables, […], c’est toute la filière laitière qui sera sinistrée avec des conséquences dramatiques pour l’agriculture française et la vie économique des territoires ruraux ». - © Actuagri

« Les distributeurs refusent de prendre en compte la hausse des prix sur le marché laitier et exigent même de leurs fournisseurs des baisses de prix supplémentaires », explique la Fnil. De plus, les distributeurs « continuent d’appliquer les tarifs et les promotions prix décidés en 2016 alors que le marché s’est retourné et que beaucoup de produits laitiers font face à des disponibilités en matière première très tendues », souligne la Fnil. Évoquant la situation critique des producteurs, la Fnil estime que la distribution française doit « accepter les hausses de prix demandées par ses fournisseurs ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Je respecte le processus démocratique, mais je pense profondément que ce n’est pas le bon véhicule

Interrogé au Space, sur le Référendum d’initiative partagée pour les animaux, le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie a répondu qu’il ne s’agissait pas du “bon vehicule” politique

Le chiffre de la semaine
14 746
Chasseurs dans le Maine-et-Loire.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui