L'Anjou Agricole 29 janvier 2016 a 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Lait : «intenable à long terme» selon Bruxelles

Entre une production laitière qui continue d'augmenter, des stocks de poudre toujours plus importants et des prix au plus bas, la « situation est intenable pour tous à long terme », résume la Commission européenne suite à la réunion le 26 janvier de l'Observatoire européen du marché du lait.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © Actuagri

La collecte de lait a augmenté de 2,2% dans l'UE sur les 11 premiers mois de 2015 avec des augmentations particulièrement fortes en Allemagne, Irlande, Belgique, Luxembourg et Pays-Bas. Et la tendance se poursuit « sans signes de ralentissement », constatent les experts. Les faibles coûts de production (engrais, énergie, alimentation) permettent néanmoins à certains agriculteurs de couvrir les prix bas. Les stocks de poudre de lait écrémé sont importants - au-dessus des besoins normaux - et en croissance, ce qui pèse encore plus sur le marché. Le commissaire européen Phil Hogan a annoncé, le 27 janvier, la prolongation jusqu'à fin septembre du régime d'aide au stockage privé de poudre et de beurre.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Compte tenu du contexte sanitaire et social actuel, les dons de lait sont plus que jamais vitaux pour fournir l’aide alimentaire

ont indiqué Les Restos du Coeur. Les agriculteurs concernés ont jusqu’au 15 février pour effectuer un don à une association habilitée.

Le chiffre de la semaine
600 millions d'euros
le relèvement du SRP (Seuil de Revente à Perte) de 10% a permis un gain de 600 millions d’euros pour la distribution qui auraient dû, en toute logique, se retrouver dans les cours de fermes.