L'Anjou Agricole 16 mars 2017 à 15h00 | Par L'Anjou Agricole

Lait : la nouvelle grille tarifaire de Lactalis fait réagir les producteurs

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

L’application d’une nouvelle grille tarifaire de rémunération aux producteurs par Lactalis, interpelle vivement le syndicat Jeunes Agriculteurs (JA). « Quel est le but de cette nouvelle méthode comptable employée alors que les négociations commerciales avec la grande distribution viennent de s’achever ? », questionne le syndicat dans un communiqué du mercredi 15 mars.

« Ce qui est sûr c’est que pour les producteurs, cette nouvelle grille rendra plus difficile la comparaison des rémunérations entre les différentes laiteries », poursuit l’organisation. La nouvelle grille tarifaire, explique JA, se base cette fois sur des indices de qualité supérieurs (Taux Butyreux : 44/Taux protéique : 33) et non plus sur les indicateurs habituels (Taux Butyreux : 38/Taux protéique : 32). Ce changement d’indicateur aurait pour effet de « gonfler artificiellement le prix de base payé aux producteurs », dénonce JA. Le syndicat déplore l’absence totale de concertation sur ce changement de calcul de rémunération et le « non-respect des indices habituels des accords interprofessionnels ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

Si des solutions techniques alternatives au désherbage chimique existent, elles ne sont pas encore adoptables par tous les arboriculteurs.

indique le CTIFL (centre technique), dans un communiqué du 26 mai

Le chiffre de la semaine
8,2 millions d'euros
Horticulture : dans le Maine-et-Loire, la destruction des plantes et fleurs, suite à la crise du Covid-19, a entrainé une perte de 8,2 millions d'euros (source FNPHP Grand Ouest)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui