L'Anjou Agricole 24 juin 2015 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Lait : les industriels mis au banc des accusés

Dans leurs communiqués respectifs, la FNPL et Système U accusent les industriels de pratiquer un double-discours sur le prix du lait payé aux producteurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Thierry Roquefeuil, Président de la FNPL
Thierry Roquefeuil, Président de la FNPL - © AA

Dans un communiqué du 23 juin, Super U s’interroge sur les 0,04€/L de lait d’écart entre le prix payé au producteur et celui payé à la transformation : « dans le cadre de ses négociations avec les fournisseurs de produits laitiers à marques nationales, Système U a pris comme base un prix de 34 centimes d'euro pour un litre de lait payé aux producteurs. Ace jour, le litre de lait est acheté à la production 30 centimes, Système U s'interroge sur ce différentiel qui devrait revenir aux producteurs dont on constate chaque jours les difficultés ».

 

La réponse de la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL) n’a pas tardé. Thierry Roquefeuil, son président, observe, dans un communiqué du jour-même : « si Système U s'étonne et s'interroge sur ce différentiel, je condamne le hold-up de certains transformateurs laitiers qui préfèrent se dédouaner en accusant leurs clients (les GMS) de tous les maux ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

[Nous faisons] l’amer constat que la guerre des prix se poursuit entre les enseignes de la grande distribution.

La FNSEA, les JA, l’Ania et Coop de France demandent à l’administration d’« intensifier » les contrôles et de publier les sanctions prises grâce au dispositif du “name and shame”.

Le chiffre de la semaine
220
Dans le Maine-et-Loire en 2018, 220 installations ont vu le jour, dont 117 avec les aides. Pour 450 départs.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui