L'Anjou Agricole 02 mars 2018 à 13h00 | Par L'Anjou Agricole

Lait : les stocks de poudre en France de la responsabilité de Paris (V. Andriukaitis)

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © MarionLeDuc

Interrogé au Salon de l'agriculture sur l'avenir des stocks européens de poudre de lait (380 000 tonnes) le commissaire européen Vytenis Andriukaitis chargé de la Santé, de la sécurité alimentaire et de la lutte contre le gaspillage, a renvoyé à Paris la responsabilité de les donner ou non à des organismes humanitaires, comme le demandent les éleveurs français. Les instruments de régulation du marché, comme les infrastructures de stockage, sont au niveau des États membres, pas de Bruxelles, a répondu le commissaire à l'AFP, l’interrogeant sur la question de ces stocks. « L'UE est un organe de régulation, a-t-il donc déclaré. Nous n'avons pas d'infrastructures de stockage, de machines, de distribution, ils sont en France, en Allemagne, partout [...]. L'UE fournit des facilités aux États membres pour stocker de la poudre de lait, mais cela reste au niveau des États membres. […] Si la France décide de lancer un programme humanitaire, elle peut le faire, cela ne relève pas d'une compétence européenne. Cela n'est pas comme l'Union soviétique, nous n'avons pas de gouvernement central comme à Moscou. » Il a tenu le même discours au sujet du glyphosate.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui